Snapshot. The Strypes.

Comme bien souvent, c’est au volant de la voiture pourrave de papa-maman que j’ai découvert cette petite dynamite (merci OUI FM). The Strypes. Bien. 
« What a shame » envoie du bois, il y a un petit air de ressemblance avec Alex Turner dans ses débuts, on a envie de sautiller, de faire un bon dans les 60’s. Oui mais… les gosses ont 16 ans, papa mène le business, et ça amenuise un peu le charme de cette bande de potes unis par leur amour des mods. 
Une fois l’info digérée, la réécoute des morceaux fut bien différente… Les textes semblent dénués de vécu, tout semble bien trop lisse. « I can tell », « Mystery Man », « Blue Collar Jane » restent des morceaux plus qu’honorables (les filles, ce sujet si inspirant…), « Angel Eyes » ne trouve toujours pas une place dans mon coeur. Question de goût. Peut être parce que c’est l’un des rares morceaux posé de Snapshot… La voix de Ross Farrelly y est certes moins adolescente, et c’est justement là que ça pêche. Enfin, l’harmonica de « Perfect Storm » revient mettre un petit peu de baume à mon cœur. Le reste de l’album demeure une très bonne surprise, ce qui vaut -tout de même- à Snapshot une belle place dans ma discothèque (enfin dans ma bibliothèque I tunes, on va pas se leurrer…!). 
Mon cœur d’artichaut m’a donc encore joué des tours, je laisse une chance à cette bande de petits irlandais encore bien trop joufflus pour donner une véritable âme à leurs textes. (& puis pour être honnête, je les verrai en live, je serais une véritable groupie…)!
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s